Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

APEIS : Association Pour l'Emploi, l'Information et la Solidarité des chômeurs et travailleurs précaires. L'APEIS a pour but d'accueillir les chômeurs et les salariés victimes de la précarité de l'emploi, de les aider à faire valoir leurs droits. L'APEIS est notre association, nous intervenons, témoignons, pesons,résistons parce que nous sommes tous des citoyens(es) à part entière, débattons de la place et du rôle de chacun(e) dans notre société et de toutes les questions nous concernant.

Le blog de l'APEIS PARIS

Communiqué de l'Apeis de Philippe Villechalane, Villejuif le 19 juin 2019

Communiqué de l’Apeis

Macron, Philippe et Pénicaud s'attaquent encore aux plus fragiles

et aux plus pauvres, afin de faire toujours baisser le prix du travail !

 

Le gouvernement va encore durcir les conditions d'accès à l'indemnisation des chômeurs.

Aujourd'hui il faut avoir travaillé 4 mois dans les 28 derniers mois pour ouvrir des droits à l’indemnisation, ils veulent passer à 6 mois dans les derniers 24 mois.

Avec les petits contrats, les temps partiels, les contrats de quelques heures, l’intérim, des milliers, des dizaines, des centaines de milliers de femmes et d’hommes vont se retrouver sans droits. Car ce n’est pas la même chose de réussir à trouver un emploi 1 jour sur 4 ou 1 jour sur 7.

Puisque un actif sur 4 est en situation soit de chômage soit de grande précarité.

Ils proposent également de réactiver la dégressivité, véritable compte à rebours vers la misère, qui a par le passé démontré son inefficacité.

Rappelons quelques vérités d'abord que seuls 42 % des chômeurs sont indemnisés, à en moyenne moins de 1000 euros par mois.

Que s'il y avait du boulot partout cela se saurait, alors même que les annonces sur les prochains licenciements se multiplient.

Que les niveaux de salaires et de conditions de travail sont les principaux freins au retour vers l'emploi.

Que l'objectif ne soit pas statistique et comptable, parce que si les chiffres du chômage baissent et que ceux de l'emploi qui ne permet pas de vivre décemment explosent, on ne fait qu'appauvrir encore et toujours toute une partie des femmes, des hommes et des familles.

Dans le même temps, on sait que les inégalités se creusent, ainsi les 10 % les plus riches se partagent 25 % des richesses produites, ce qui signifie que 90 % doivent se partager 75 %.

Que jamais les dividendes aux actionnaires n'ont été aussi importants et scandaleux, de même que les très hauts revenus et autres primes aux grands dirigeants.

Que l'évasion, l’optimisation et la fraude fiscale, ainsi que le C.I.C.E, représentent des budgets entiers, indispensables pour l'éducation, la santé et tous les services publics.

Alors comme ils font tout pour préserver et développer les privilèges de certains ils cognent sans discontinuer sur le plus grand nombre, les chômeurs, les retraités, les salariés.

On apprend quasiment dans le même mouvement que les familles qui ont malheureusement recours à la solidarité pour manger sont nourris avec de la viande pour animaux.

Les associations ont été trompées par les magouilleurs, les traders, les boursicoteurs, qui ne rêvent que de CAC 40 et de côte en bourse.

Un jeune homme de 20 ans à été condamné à six mois de prison ferme pour avoir volé dans les Yvelines, un sandwich et du jus d’orange, soit au total moins de 5 euros, certes il avait quelques antécédents judiciaires mais il déclare : « C’était pour manger, j’avais faim et je n’avais pas d’argent ».

Le gouvernement argumente : Il faut que le travail paie plus que le non travail, et gnagnagna. Le problème c’est que travail ou non travail, on a de plus en plus de mal à s’en sortir !

Mais en réalité ils s’en balancent, leur objectif est de faire accepter n’importe quel emploi, dans n’importe quelles conditions et à n’importe quel prix.

Il propose l’embauche de 1000 conseillers à Pole emploi, mais au quotidien c’est bien trop peu d’accompagnement suivi d’effet vers l’emploi et la formation, alors que ce qui fonctionne à plein régime ce sont les contrôles et les radiations, ainsi que les trop perçus.

Nous voulons un grand service public de l’emploi, avec le monopole des offres d’emplois.

Une des réponses urgente, vitale c'est :

L'indemnisation décente de toutes les formes de chômage.

Peut-être faut-il tirer les choses vers le haut et non en permanence vers le bas pour la grande majorité des salariés, des chômeurs et des retraités…

Nous sommes pour la retraite à au maximum 60 ans à taux plein et revalorisé et pour la semaine de 28 H, ce qui permettrait des embauches et par conséquent des cotisations.

Des cotisations sociales qui doivent financer les droits sociaux, car financés par l’impôt l’assurance chômage va vite se transformer en allocation différentielle.

 

Philippe Villechalane, Villejuif le 19 juin 2019

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article